Le consommateur préfère l’émotion à l’audace